Visite d’une communauté indigène équatorienne.

communauté indigène

Vivre dans un autre pays c’est connaître de nouvelles cultures, parfois tellement différente de la nôtre : c’est admirer des paysages qui te laisse bouche bée, c’est t’enrichir en tant qu’être humain, en savoir plus sur tes limites, tes faiblesses et te remettre en question sur ton mode de vie actuelle (pas mal influé par le capitalisme). Pendant mes vacances j’ai eu la chance d’aller dans une communauté indigène appelée Agua Blanca et voici mon expérience.

Agua Blanca

communauté indigène
Plantation de bananes

Agua Blanca (l’eau blanche) est proche de la ville de Puerto López (un magnifique village pêcheur) située sur la côte équatorienne. Pour pouvoir y accéder il faut prendre un bus qui te laisse à l’entrée du parc  où il faut marcher 5 km avant d’arriver à la communauté. On marche autour d’une forêt à la fois sèche et humide du Parc National de Machalilla. Il faut savoir que l’Equateur est un mélange de paysage (la côte, la montagne, les îles et l’Amazonie) et un mélange de personnes (des blancs, des métisses, des noirs et des indigènes). Dans cette communauté avec un climat chaud et humide toute l’année et où on rencontre une population indigène-caucasique qui se trouve être une révélation.

La communauté

communauté indigène
Chemin jusqu’à la communauté

Le must de cette communauté c’est qu’elle est éloignée de la vie « normale » de la consommation. De plus, elle est entourée d’une énorme forêt (sèche et humide selon les zones) où vivent entre eux les hommes, les animaux sauvages et domestiques.

Ils ont une histoire très intéressante. En effet, ils appartiennent à une ancienne civilisation Manteña qui avaient beaucoup de traditions de l’agriculture, de l’artisanat et de l’élevage des bêtes. Et encore aujourd’hui ils perpétuent ses traditions. De plus, il y a longtemps, ils utilisaient la rivière pour le commerce avec les Incas. En effet, ils vivaient dans des grandes maisons avec toute la famille et on les enterrait à côté de leurs maisons dans des vases en terre en position fœtale. Aujourd’hui les membres de la communauté s’occupent d’un musée sur l’histoire de leurs ancêtres. Même un guide te fait le tour de la communauté et t’explique leurs traditions, c’est très intéressant !

communauté indigène
Maisons de la communauté

Aujourd’hui les membres de la communauté vivent de l’agriculture, de l’artisanat et du tourisme communautaire. Donc ils vivent tranquille et sans le stress des grandes villes. En plus, ils ont leurs habitudes, ils vont à l’église, ils parlent entre eux et ils vivent le plus simplement possible.

communauté indigène
Des petites filles jouant dans les rues.

Les animaux

Ce qui m’a le plus surpris ce sont les animaux qui vivent ici. En effet, les animaux en Europe sont plus sauvages, ici ils s’approchent de toi en te demandant de la nourriture. Notamment une petite anecdote : On était en train de manger dans une maison de la communauté quand une chèvre est entrée … jusqu’à la cuisine ! C’était tellement drôle 🙂 🙂

communauté indigène
La chèvre la plus affectueuse du monde !
communauté indigène
Petit cochon qui se promène dans la maison
communauté indigène
Les chevaux aussi sont en liberté

Dans la communauté on peut se baigner dans un lac naturel de souffre (d’où son nom, puisque le matin le lac est couvert d’une couche blanche). Pour y aller c’est toute une aventure (et toujours accompagné par un guide) en quête de ce lac merveilleux. En effet, nous avons dû traverser des rivières et marcher dans la forêt. En plus, tout cela en passant par des champs de bananes, de papayes etc. C’était magnifique!

communauté indigène
Traversant les rivières
communauté indigène
Plante des bananes et sa fleur

Le paysage

Après notre aventure dans la forêt sous la chaleur étouffante nous sommes arrivés au lac de souffre. C’était super joli de voir l’eau grise (mais par contre une odeur d’œuf pourri) et de se baigner ! En plus, il y avait de l’argile au fond du lac, parfait pour la peau !

communauté indigène
Le lac de souffre
communauté indigène
Masque à l’argile de souffre

Pour conclure ce fut une expérience tellement enrichissant culturellement que je vous la conseille ! Dans la vie il faut sortir de sa zone de confort pour vivre des expériences magiques. Enfin lors du départ, les chèvres sont venues nous dire au revoir!

communauté indigène

communauté indigène

“ Celui qui a l’habitude de voyager, sait qu’il est nécessaire de partir un jour “ – Paul Coelho

Marie-Anne

2 commentaires sur “Visite d’une communauté indigène équatorienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *